Radars

Radar
Des panneaux de signalisation avertissent les conducteurs de la présence d'un radar, comme par exemple un radar de vitesse.

Les radars permettent d'enregistrer la vitesse des véhicules, et ainsi relever les éventuels excès de vitesse. Ils permettent aussi de sanctionner les conducteurs qui ne respectent pas certains arrêts obligatoires. Un point sur principaux radards mis en place avec la liste des radars.

Radar de vitesse fixe

C’est la première génération  de radars. Il pert de calculer la vitesse du véhicule à son passage instantanément.  Une marge de 5 % est prise en compte, toujours à l’avantage du conducteur. Ces radars sont signalés par des panneaux d’annonce.

L'installation du radar de vitesse fixe est décidée par le préfet du département selon les critères suivants :

  • Les zones où se produisent des accidents pour lesquels des vitesses excessives sont principalement en cause.
  • À intervalles réguliers sur les grands itinéraires pour faire baisser la vitesse moyenne sur l'ensemble du trajet.
  • Les zones où les usagers doivent redoubler de vigilance, notamment les portions de route où des aménagements seraient difficilement réalisables ou extrêmement coûteux (tunnels, ponts).
  • Dans les lieux et sur les portions de route où la présence des forces de l'ordre est impossible pour permettre la réalisation de contrôles de vitesse traditionnels.

 Depuis le 1er août 2015, 2181 radars fixes ont été implantés.

Radar de vitesse embarqué

Le radar est embarqué dans un véhicule arrêté et positionné au bord de la route. La marge de 5 % est aussi valable. Ils ne sont pas signalés sur les routes et permettent de contrôler les vitesses en tous lieux.  Ils peuvent s’adapter aux circonstances (travaux, état du trafic…).

Les points de contrôle du radar embarqué sont décidés par les préfets avec consultation des forces de l’ordre, selon les critères suivants :

  • Les zones où se produisent des accidents pour lesquels des vitesses excessives sont principalement en cause.
  • A intervalles réguliers sur les grands itinéraires pour faire baisser la vitesse moyenne sur l'ensemble du trajet.

Depuis le 1er août 2015 569 radars de vitesse embarqués ont été déployés.

Radar discriminant

Ce radar est capable de différencier les catégories de véhicules et notamment les poids lourds. Il permet ainsi de contrôler les limitations de vitesse spécifiques selon la catégorie d’usagers. Le radar discriminant est équipé de 3 modules qui permettent respectivement la mesure de la vitesse, la distinction véhicule léger/poids lourds et l’identification de la voie de circulation. Ils sont signalés par des panneaux d’annonce.

L'implantation du radar discriminant se situe  sur les axes sur lesquels le trafic de poids lourd est important :

  • Les zones où se produisent des accidents pour lesquels des vitesses excessives sont principalement en cause.
  • Les itinéraires à fort trafic de poids lourds, sur lesquels la limitation de vitesse est régulièrement ignorée.
  • Des sections de route particulières (descente dangereuse, succession de virages, traversée urbaine...) justifiant un contrôle particulièrement strict.
  • Les lieux et les portions de route où la présence des forces de l'ordre est impossible pour permettre la réalisation de contrôles de vitesse traditionnels.

Depuis le 1er août 2015, 237 radars discriminants ont été déployés.

Radar de vitesse moyenne

Ce radar contrôle la vitesse moyenne pratiquée par les usagers sur une portion de route entre deux points. La partie contrôlée peut s’étendre sur plusieurs kilomètres. Les conducteurs doivent adopter une conduite responsable tout au long de leur déplacement. Le lieu de l’infraction au code de la route est le point de contrôle de sortie. À chaque point de contrôle, une caméra prend un cliché de chaque véhicule en entrée et en sortie de la section contrôlée. Une unité de traitement calcule la vitesse moyenne pratiquée sur la section.

Les radars de vitesse moyenne sont installés sur des portions de route ou d’autoroute dangereuses (virages, descentes…) ou sur lesquelles un accident  aurait des conséquences aggravées (ponts, tunnels, viaducs…). Depuis le 1er août 2015 100 radars de ce type ont été installés.

Radar de feu rouge

Deux photos sont prises : la première lorsque le véhicule franchit la ligne d’effet des feux, une deuxième si le véhicule poursuit sa trajectoire au-delà du feu de signalisation. Ce type de radar permet de mieux protéger les usagers vulnérables aux carrefours. Si le véhicule dépasse la ligne d'effet des feux mais s'arrête au pied du feu tricolore avant le carrefour, l'appareil photo se déclenche mais aucun avis de contravention ne sera envoyé.

IMPORTANT !!  Si un véhicule long franchit le feu au vert ou à l’orange mais que la remorque passe au feu rouge, aucun flash ne sera déclenché. 

Le radar de feu rouge n’est pas signalé car le feu tricolore est déjà une signalisation. De plus les zones urbaines sont déjà surchargées de panneaux routiers, ce qui peut perturber la visibilité.

 Les radars de feux sont installés en milieux urbains denses afin d'assurer la protection des usagers les plus vulnérables à proximité :

  • Des lieux fréquentés par les piétons (proximité d'établissements scolaires ou de loisirs, maisons de retraite, centres villes...) ;
  • Des traversées dangereuses (proximité passages à niveau ou traversées de tramway, grands carrefours à feux...) ;
  • Des axes à fort trafic et des traversés urbaines.

Radar mobile nouvelle génération

Il s’agit d’un radar mobile de nouvelle génération embarqué à bord d’une voiture banalisée conduite par des gendarmes ou des policiers. La voiture radar vise les conducteurs responsables de grand dépassemet de la vitesse maximale autorisée. La marge technique est de 10 km/h pour des vitesses inférieures à 100 km/h et de 10 % pour les vitesses supérieures à 100 km/h.

Les véhicules circulent sur des axes déterminés par les unités de police et de gendarmerie sous l’autorité des préfets de département sur des portions de route où les vitesses excessives qui sont à l’origine d’accidents. Depuis le 1er août 2015 260 nouveaux radars ont été déployés.

Radar passage à niveau

Ces radars sont installés aux passages à niveau les plus préoccupants. Ils fonctionnent de la même façon que les radars de feu.

Les véhicules sont flashés dans les cas suivants :

  • Une première fois au début du franchissement de la ligne,
  • Une seconde fois lorsqu'ils ont poursuivi leur course sur le passage à niveau, que ce soit sur leur voie (passage direct) ou sur la voie adjacente (passage en contournement des barrières).

Le flash se déclenche au bout d’un délai de 3 secondes en agglomération et de 5 secondes hors agglomération, pour permettre aux usagers de s’arrêter en toute sécurité. Depuis le 1er août 72 radars passage à niveau ont été déployés.

Radar de chantier

Les limitations de vitesse appliquées aux  zones de chantier sont rarement respectées.  Ces dispositifs sont déplaçables et suivent donc l’évolution d’un chantier. Ils disposent d’une autonomie en batteries d’une semaine.