Les médicaments et la conduite

Médicaments et conduite
Les médicaments peuvent avoir des conséquences incompatibles avec la conduite.

Tout comme l'alcool au volant ou la drogue au volant, certains médicaments peuvent altérer vos capacités à :

  • Conduire un véhicule, que ce soit une voiture, un poids lourd ou un deux-roues (risque routier)
  • Accomplir des tâches avec des machines qui nécessitent une attention soutenue, de la précision et le respect des consignes de sécurité, que ce soit dans un cadre professionnel ou lors d’activités de bricolage

Trois pictogrammes sont imprimés sur le conditionnement extérieur des médicaments. A chacun correspond :

  • Un niveau de risque : 1, 2, 3 en fonction de l’importance des effets du médicament sur les capacités de conduite
  • Une couleur différente (jaune, orange, rouge)
  • Un message donnant l’attitude pratique à adopter lors de l’utilisation du médicament concerné

La prise de médicaments peut avoir des conséquences sur votre sécurité et celle des autres. Elle engage toujours votre responsabilité, même si vous avez pris l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Médicaments de niveau 3 et conduite (pictogramme rouge)...

Les médicaments de niveau 3 présentent le risque le plus élevé. Dans ce groupe on trouve les somnifères, les tranquillisants, les neuroleptiques. Ils peuvent entraîner une incapacité temporaire qui rend la conduite impossible. Informez-vous du délai à respecter avant de reprendre le volant.

Médicaments de niveau 2 et conduite (pictogramme orange)...

Les médicaments de niveau 2 nécessitent l’avis de votre médecin. Il s’agit d’antidépresseurs, antidouleurs (notamment la codéine), des tranquillisants, des médicaments contre le diabète, l’épilepsie ou la maladie de Parkinson. Attention, certains médicaments « banals » comme les traitements contre les allergies, le rhume des foins ou le mal des transports doivent éveiller votre vigilance quant à leur prise.

Médicaments de niveau 1 et conduite (pictogramme jaune)...

Les médicaments de niveau 1 ne sont pas, la plupart du temps, contre-indiqués pour la conduite. Mais certains d’entre eux comme des sirops contre la toux peuvent provoquer un état de somnolence ou des vertiges.

Dans tous les cas de médicaments et conduite, il convient de lire attentivement la notice contenue dans la boîte.

Contactez le service commercial

Pour en savoir plus sur la formation sur les médicaments au volant et les autres formations liées aux risques routiers, vous pouvez contacter le service commercial par téléphone au 02 51 00 09 10 ou par email. Vous pouvez aussi consulter directement les autres pages de formation :