Sensibilisation aux risques liés à la conduite en état d'ivresse

Alcool au volant
La conduite sous l'empire d'un état alcoolique est la seconde cause d'accidents routiers.

L'alcool au volant est un des principaux risques routiers. En 2015, 84 015 infractions ont été dressées pour un taux d'alcool compris entre 0,50 et 0,79 g/l de sang (chiffre en diminution de 9,4%). On comptabilise 161/251 délits pour un taux supérieur à 0,80 g/l de sang. Cela représente une diminution de 3,5% par rapport à l'année dernière. En 2016, 29% des accidents mortels ont pour facteur principal l'alcool au volant. Ainsi, l'article R234-1 du code de la route prévoit une contravention de 4ème classe pour les jeunes conducteurs présentant un taux d'alcoolémie supérieur ou égal 0,2 g/l de sang depuis le 24 juin 2015.

Objectifs de la formation sur l'alcool au volant

  • Connaître les principaux facteurs de l'insécurité routière
  • Appréhender les risques spécifiques de la conduite sous l'emprise d'un état alcoolique
  • Connaître les sanctions encourues (suspension de permis, stage de sensibilisation, peine de prison)
  • Réfléchir à ses habitudes de consommation

Déroulement de la formation sur l'alcool au volant

La formation "sensibilisation aux risques liés à la conduite sous alcool" se déroule sur une journée, (7 heures). La journée est animée par un intervenant formateur en sécurité routière et peut se dérouler dans ou hors de l'entreprise. Les participants sont sensibilisés aux chiffres de l'insécurité routière et à la typologie des accidents. Puis, dans un second temps, l'intervenant aborde plusieurs thématiques en lieu avec l'alcool : usage, taux d'alcoolémie, effets ressentis, élimination, effets psychologiques et physiologiques, idées fausses, coût social, accidentologie, législation et sanctions encourues, habitudes de consommation.

L’alcool au volant responsable de 30% des accidents mortels sur la route

Le risque d’accident mortel augmente en fonction du taux d’alcool :

  • à 0,5 g/l il est multiplié par 2
  • à 0,8 g/l il est multiplié par 10
  • à 1,2 g/l il est multiplié par 35

La part des conducteurs dont l’alcoolémie dépasse le taux d'alcoolémie autorisé dépend de l’âge, du sexe, de l'usager ainsi que de l’heure et du jour (la nuit et le week-end). Ainsi près de 70% des accidents mortels impliquant un conducteur au-dessus du taux légal d’alcool se produisent la nuit.

Même en petites quantités, l’alcool agit sur le cerveau :

  • euphorie ;
  • allongement du temps de réaction ;
  • trouble de la vision ;
  • mauvaise coordination et synchronisation des gestes ;
  • difficultés à adapter sa conduite aux circonstances.

Dès le premier verre, les effets sont réels. Toutefois, ces effets ne sont pas toujours ressentis par les conducteurs.

L’alcoolémie se mesure soit en gramme par litre dans le sang, soit en milligramme par litre d’air expiré. Les tests sont effectués par éthylotest :

  • l’éthylotest chimique ou "ballon" est à usage unique. Il décèle la présence d’alcool dans l’air expiré : sa couleur change lorsque le taux d’alcool contraventionnel est dépassé.
  • l’éthylotest électronique est réutilisable. Il fournit une mesure digitale de la concentration d’alcool.

Après un premier contrôle d'alcoolémie, il y aura vérification à l’aide de l’éthylomètre qui donnera la valeur légale et retenue.

Calculer son taux d'alcoolémie

La même quantité d’alcool n’a pas les mêmes effets chez tout le monde. Le taux d’alcool est influencé par de nombreux facteurs : sexe, corpulence,  durée d’absorption ... D’autres facteurs augmentent les effets de l’alcool au volant : prise de certains médicaments ou de drogues, stress, fatigue ...

Hors ces éléments aggravants, pour calculer votre taux d'alcoolémie retenez que :

Alcoolémie

Un verre d’alcool (quel que soit l’alcool) contient 10 grammes d’éthanol et correspond  à 0,20 gr/l de sang. Ceci est valable pour les verres servis en dose bar.

Rien ne permet de diminuer les effets de l’alcool sur l’organisme, ni d’accélérer le temps d’élimination de l’alcool dans l’organisme. Celui-ci est de l'ordre d'une à deux heures après avoir bu pour éliminer un verre (dose bar).

Quelques idées fausses sur l'alcool au volant

"Boire un café permet d’accélérer l’élimination de l’alcool dans l’organisme"

FAUX ! Boire un café ne diminue pas les effets de d’alcool sur l’organisme et n’accélère pas son élimination dans le sang.

"En diluant l’alcool, mon alcoolémie sera moins élevé"

FAUX ! Qu’il soit servi avec glaçons, dilué dans un jus de fruit ou bien un soda, c’est la quantité d’alcool qui compte et non le volume ou la dilution de la boisson alcoolisée. Si on ajoute un cachet d’aspirine dans un verre d’eau  ou dans une bouteille d’un litre, le cachet sera le même.

"Une bonne sieste/nuit de sommeil et je peux reprendre le volant"

PAS TOUJOURS ! Après une soirée bien arrosée, le taux d’alcool résiduel dans le sang peut demeurer élevé même après une sieste ou une nuit de sommeil. Pendant le temps de sommeil tous les organes sont au repos y compris le foie, principal agent éliminateur de l’alcool. Dormir ne diminue pas le taux d’alcool dans le sang.

Contacter le service commercial

Pour en savoir plus sur la formation sur l'alcool au volant et les autres formations liées aux risques routiers, vous pouvez contacter le service commercial par téléphone au 02 51 00 09 10 ou par email. Vous pouvez aussi consulter directement les autres pages de formation :