Bientôt un péage urbain à l’entrée des grandes villes françaises ?

Péage urbain
Le projet de loi d'orientation des mobilités devra permettre aux élus locaux des villes de plus de 100 000 habitants d’installer un péage urbain.

François de Rugy le ministre de la Transition écologique a confirmé ce 18 octobre sur le plateau de BFMTV que le futur projet de loi d'orientation des mobilités permettra aux élus locaux des villes de plus de 100 000 habitants de se doter d’un péage urbain. Il ne s’agit pas d’une nouvelle loi de 2018 puisque la mise en place du péage était déjà possible depuis 2010 avec la loi grenelle 2 mais aucune collectivité ne l’avait expérimenté. Le rapport de la sénatrice Fabienne Keller présenté devant la commission des finances du Sénat sur le cas des villes de Stockholm et de Londres va peut être changer la donne.

Qu’est-ce qu’un péage urbain ?

Son fonctionnement

Le péage urbain est une taxe mise en place soit à l’entrée d’une ville, soit pour circuler à l’intérieur d’une zone précise. Le système ne devrait pas comme sur les autoroutes être doté de véritables barrières physiques, il sera dématérialisé. Ainsi ce sont des caméras qui liront les plaques d’immatriculation qui serviront à identifier les propriétaires des véhicules et il y aura un système de marquage au sol pour délimiter les zones concernées. Le projet de loi mobilité offre la possibilité aux agglomérations de plus de 100 000 habitants d’installer un péage urbain. En France, ceci concerne 36 grandes villes parmi lesquelles Paris, Marseille, Lyon ou Toulouse par exemple.

Le tarif du péage urbain

À priori tous les conducteurs devraient s’acquitter de la taxe avec une gratuité pour certaines catégories de véhicules ou certains usagers. Seront exemptés les véhicules qui assurent un service public de transport, les véhicules d’intérêt général (ambulances, police, gendarmerie…) et ceux dont le domicile ou le lieu de travail serait situé dans la zone. À Londres, c’est un forfait journalier qui est appliqué (13 €/jour), à Stockholm les conducteurs paient à chacun de leur passage.

Pour les villes de 100 000 habitants, le projet de loi prévoit que les véhicules légers paient un tarif équivalent à 2,5 €/jour. Les autres catégories de véhicules comme les poids lourds devront débourser jusqu’à 4 fois plus, soit 10 €. Pour les villes de plus de 500 000 habitants le tarif pour les usagers devrait être doublé. Pour des villes comme Paris, Marseille ou Lyon, il faudra débourser 5 € pour un véhicule léger et 20 € pour un véhicule lourd.

Impacts d’un péage urbain

Sur le trafic routier

L’objectif premier est de fluidifier le trafic routier et d’améliorer les conditions de circulation en réduisant les bouchons. À titre d’exemple, à Milan où un péage urbain a été installé en 2008, on a noté une baisse significative du nombre de véhicules. Une réduction de 15 % dès la première année puis de 31% entre 2011 et 2012. Autre exemple, selon l’Agence suédoise des transports, depuis l’installation du péage il y aurait 16 % de véhicules en moins dans le centre-ville de Göteborg. Dans le même temps les usagers des transports publics sont 10 % plus nombreux.

Sur l’écologie et la santé

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) 92% des habitants de la planète vivent dans un air trop pollué. La mise en place d’un péage urbain a aussi pour objectif de réduire la pollution et d’améliorer la qualité de l’air. Les habitants des grandes villes sont exposés à d’importantes concentrations de polluants atmosphériques comme le monoxyde de carbone, l’oxydes d'azote, l’ozone et les particules fines organiques volatils. D’après Santé Publique France, près de 48 000 décès seraient dû à pollution atmosphérique chaque année.

En savoir plus sur les lois sur le permis de conduire de 2018 :

Pour connaitre les nouveautés apportées par la législation sur le permis de conduire en 2018, vous pouvez consulter :